Chroniques terriennes

26 mars 2017

2017 Poison Marsien

Voici venu le temps des ignorants aux sourires béants. Il n'aspirent qu'au néant mais ils aspirent tout, ils ne stockent pas ils ne troquent plus, ils n'ont pas le temps et le temps les pend à ses faux fils d'actualité, le présent chasse le présent, il n'existe déjà plus au moment de l'énoncer, invisible huitième trou fuyant derrière nos têtes connectées, prises USBaisées où l'info file comme la bise, point final de l'octogone du chaos à venir? Qui pourra stopper l'onde qui gronde ou créer un universel langage lumière pour cerveaux overclockés? Entend ce qui se profile, regarde ce qui se faufile, notre ére touche à sa fin disent certains, notre air? Nos réalités volontairement diminuées frappent à nos portes affamées, aspire, aspire bien posé sur ton séant jusqu'à ce que tu expires face à l'écran qui te mire, ricanant.

Posté par Piter à 21:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 mars 2017

Je suis mort, go!

Je suis mort, je suis mort

Que les vers me dévorent!

L'heure d'effacer ce corps

D'en finir avec cette vie de porc

Je ne sais comment je parle encor

Car je suis mort, mort!

D'où viennent ces mots que j'adore,

Ce besoin de poésie que j'abhorre,

Ce néant glaçant que je subodore?

J'ai perdu bien des langues d'or

Dans des lieux imaginaires 

Réalité augmentée où j'erre

L'intellect chassé, congères

Leurre se substitue à l'air 

Fuir le Mal, les heurts, fuir l'ire

Du Réel, vortex qui m'aspire,

Ciel, j'entends les arbres qui respirent

Tout craque, je sens venir le pire

Il doit bien me rester quelques heures

je suis mort mais tous les gens meurent

le sel des larmes, précieuse fleur 

croquant des nourritures célestes la peur.

 

Posté par Piter à 22:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 février 2017

Comme de bien entendu

J'ai beaucoup lu Fritz Fanon surtout "les denrées de la Terre", passionnant.

Posté par Piter à 01:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 janvier 2017

Hé ho!

Tous les frérots lâchent de vrais rots

Les vrais beuhneum(bonhommes) ont grave le seum

Il est écrit tout sauf les cris

Fais pas crari on t'a yégri

comme la Mère Guez et Barbe Cru

car la Syrie c'est pas Paris

même sous les braises de phrases drues

Le verbe se meurt en gerbes de pu

 

Posté par Piter à 22:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2016

Réel ++ 2016

 

Le réel m'emmerde au plus haut point alors je traque les pokemons malgré mon age très avancé mais pas assez pour passer pour sénile juste immature ou crétin profond. N'importe quel jeu vidéo m'excite plus que la plupart des choses de la vie pourtant c'est con, répétitif parfois moche mais c'est le moyen le plus facile de se retrouver ailleurs, d'être un autre ne serait-ce qu'un ersatz une ombre dans un monde presque parfait soumis à une implacable justice(pour les jeux où l'on gagne des niveaux et compétences ça doit bien avoir un nom, pokemon go en fait partie) car si l'on accomplit certains actes, la rétribution est automatique et immédiate. Tout cela est finalement très rassurant dans un monde où la mort rode et la vieillesse érode lentement mais surement les traits se froissent, les esprits s'embrument, les mémoires s'éclaircissent seulement dans le lointain, dans un réel lointain plus fantasmé que ce qu'il a été et qui n'a finalement plus grand chose de réel... Le passé, pensez vous, un monde sans smartphone ni phablette que dis-je sans même un téléphone portable presque la préhistoire, c'était réel ça? L'enfer sur terre, frère!

Les attentats récents ne m'ont pas aidé à vouloir regagner les rives du réel, je pense lamentablement plus souvent aux gens qui les commettent qu'à leurs victimes, chair à canon volontaire pour la mort que peut-être d'autres ont choisi pour eux murés dans un univers avec ses propres codes, ses canaux d'informations ou de désinformations (dans l'océan saturé du net allez trier...qui sait vraiment? A qui se fier et quand?), sa morale et son interprétation de la religion teinté de discours géopolitiques parfois saupoudré d'étonnantes bribes de poésie et surprennent autant qu'un oasis au milieu d'un désert de désespoir où ont trop soufflé les vents de la frustration parfois de la bêtise sèche et plus surement de l'ennui créateur et pourfendeur de rêves. La mort est un renvoi brutal au réel et à nos conditions d'êtres vivants, fourmis savantes souvent errantes, nous rêvons sans le savoir parfois de tâches à accomplir, un but quelquepart, un idéal, un monde rêvé justifiant nos sacrifices. La croyance à une autre vie, à quelque chose de plus important "après" semble être primordiale sinon on sera juste suicidaire et meurtrier sans héroïsme et probablement sans culte posthume, saints catholiques d'hier morts souvent dans d'atroces souffrances ou martyrs musulmans ou prétendus tels d'aujourd'hui(Ce rapprochement peut choquer et pourtant n'y a-t-il pas un incroyable désir de sainteté dans le meurtre de "mécréants" et "d'apostats"?) semant la mort pour faire pousser la leur, plus le semis est conséquent et plus le culte plante devra être fourni dans une logique d'hypercapitalisme cupide? Non tout cela ne semble pas mathématiques, d'autres critères entrent en jeu. Pour ceux qui ne croient pas en l'au delà et pire ceux qui ne peuvent pas comprendre que d'autres y croient sans être de crédules crétins aux âmes plates comme des spatules en bois tout cela semble incompréhensible mais je me dis que les assassins kamikazes ont eux aussi quitté le réel en pensant avoir trouvé une porte de sortie à celui-ci, un portail magique, mystique comme si ils gagnaient un max de xp pour leurs vies futures transformées par leurs actes meurtriers. Ils semblent évoluer dans une réalité parallèle ou la mort n'est qu'un passage, un passage important, essentiel réservés aux plus "saints" d'entre eux et ce sacrifice permet même à ce qu'il paraît d'intercéder pour un certain nombre de personnes choisies qui ne pourraient commettre ce sacrifice meutrier "djihadmirable". Le pire c'est que rien d'aussi fort n'est opposé à cela juste de vagues valeurs aux contours changeants, des désirs de vies normales enfin quoiqu'ils en soient rien de transcendant surtout que même si les profils des terroristes viennent de tous milieux beaucoup semblent promis comme une masse de non terroristes à ce qu'on pourrait qualifier des "vies de merde". Peut-être sans le vouloir redonnent ils de la valeur à ces vies de merde qui font sans doute rêver ces migrants prêts à tout sacrifier pour les vivre. Alors Roucools, aspicots, rattatas, piafabecs and co sont bienvenues dans notre réalité augmentée.

 

 

 

Posté par Piter à 23:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


14 août 2016

Qu'est ce que tu feras quand tu seras grand?

Je sais pas, je vais bientôt mourir, je suis si vieux, mon devenir est limité, tant pis pour cette vie ma chance est passée et il n'y en aura pas d'autre, c'est ainsi.

Des choses à transmettre?

Quoi donc? Un code pourquoi faire les technologies changent les hommes enfin disons font évoluer les rapports qu'ils on entre eux qui sait ce qui viendra après, filmons l'instant présent on verra bien.

Avais-je un talent?

Pour quoi pour qui qu'est ce qui compte dans une vie pour un homme. Amasser un max de blé, tringler un max de meufs... créer de la richesse, diffuser du savoir, éduquer, depuis qu'on a presque totalement arrêté de regarder vers l'espace l'humanité semble s'être recroquevillé croissance obligatoire, des chiffres virtuels à court terme pour des dégats sur du long terme, retour du religieux refuge face à l'absence de sens de tout autre chose croire et croître la planète est un cloaque où pourrissent les âmes, même les plus belles semblent se faner, il faut supprimer des angles de vue oublier un certain réel pour pouvoir survivre à soi même, à ce qu'on a été aux rêves qui nous ont habité et qui sont partis se noyer espérant migrer vers un ailleurs meilleur ne sachant où aller désuets ou sauvages comme des aspicots, grotesques comme nos prétentions à l'échelle de l'univers. 

Qui est donc derrière tout ça?

Vous pensez vraiment que j'ai une réponse, qui ou quoi un mécanisme, un rêve une illusion, de la matière et le temps cette noble invention de mesure, invention ou intention, qui sait? Qui?

Comment vais je gagner ma vie désormais?

Je n'en sais rien, je vais perdre mon travail, je n'ai aucun projet bien défini, j'espère trouver.

Posté par Piter à 23:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juillet 2016

Bande Daechiens!

Bande daechiens cessez donc vos islamimiques! Vous adorez bien plus la mort que Dieu, oui la mort vous fait bander, chair à canon débordantes de volontés mauvaises, bande, bandent daechiens de l'enfer! La mort y'a que ça de vrai, "du sang et des âmes", vos coeurs sont comme l'épée noire. Vous êtes l'écume de la merde qui vient, prête à tout avaler si une force ne se dresse pas sur le bûcher de nos divisions mortifères.

Posté par Piter à 03:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juillet 2016

2 Juillet 2 morts

Yves Bonnefoy et Michel Rocard nous ont quitté aujourd'hui. Paix à leur âme. Chacun à sa manière nous laisse une oeuvre importante, puissent leurs lumières éclairer nos futurs aux ténèbres annoncées.

Posté par Piter à 20:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2016

Teum' connais?

SCH - Je la connais

 

Les dieux ont validé la "sij'étais", syndicat de rêveurs français, ouais, inondations, l'eau est "tombait", le paix-y va-t-il se "noyait"? Bas les couilles de ta conjug, ch'te pisse plus à la raie je pisse dans ton mug, ugh! A la seizefrancs au temps de l'euro tu perds ton temps, tape ou tapote, fais glisser applications, frangliche à la con, chsuis "dépassait" j'm'en bats les couilles juste faire des "ê". T'es circonspect? Chuis circonflexe! tu veux la paix? bosse tes réflexes! Tu m parles d'un monde qui n'existe plus, garçu! Maman tablette, papa smartphone, juste rien à foutre d'être aphone, pépette! J'ose être nul sans le "cherchait", nature et découverte, atteindre le zéro par épuisement de tout ce qui est et pour ça j'ai la main verte mais fasciné par tout ce qui "hait" je trouve toujours de bonnes raisons de péter les plombs, de répéter quelques noms mystiques l'air illuminé d'avoir trouvé en tant qu'homme notre nature profonde qui est moins de pousser un caddie que de "tu es". Quel contraste entre l'écrit et le réel, la perte de travail et de "sécuritai" va me pousser vers ce que je suis vraiment ou ce que je pourrais être seulement. Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne chose. A bientôt, je dirais pas "hye" plutôt "hello"! De l'eau, de l'eau, de l'eau, de l'eau pour les quatre points cardinaux, igo.

Posté par Piter à 21:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 mai 2016

Prendre de l'age

Vieillir, laisser le temps passer

Vieillir, laisser le temps nous dépasser

Vieillir, vivre mais vivre égale déperir

Vieillir, regretter la puissance perdue

des premiers émerveillements qui plus jamais ne seront premiers

Vieillir, voir des plus jeunes réussir là où nous avions échouer

Vieillir, remplir ses placards d'illusions zombies jamais vécues, jamais mortes, 

perdant reliefs gardant juste l'ombre des souvenirs et l'arrière gout de rêves douteux

que nous chercherons peut-être à infuser à d'innocentes victimes familières

Vieillir, voir des proches mourir toujours plus juqu'à ce que notre tour arrive.

Posté par Piter à 23:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,