On pisse, on chie : c'est la vie ! Faudrait voir à ne pas l'oublier dans ces villes où se sont raréfiés bancs, poubelles et toilettes publiques, nos culs, nos appareils urinaires, nos reliquats d'en cas et déjections ne sont pas virtuels et si j'ai l'air d'aplatir des platitudes pour qu'elles diminuent de volume tout en les entassant c'est peut-être aussi que moi aussi, je voudrais oublier cela, que tous ces attributs bestiaux disparaissent à l'avenir mais tant que nous ne sommes pas robots ce lien nous rattache au reste de la vie animale.